Saut au contenu principal
print small medium large 

PAGE D'ACCUEIL / AU SUJET DE LA VIOLENCE FAMILIALE /


Pour les personnes victimes de violence

Si vous êtes victime de violence, vous devez savoir que vous ne « méritez pas » d’être traitée de la sorte. Vous n’êtes pas responsable de la violence ou des menaces dont vous êtes victime. Chaque être humain a le droit de mener sa propre vie sans avoir peur. Il n’y a rien que vous puissiez faire pour modifier le comportement de votre agresseur. Ce dernier adopte un comportement violent pour affirmer son pouvoir sur votre vie et si la situation persiste, elle va probablement s’aggraver.

Vous devez savoir qu’il existe de nombreux services qui peuvent vous aider à trouver des moyens de mettre fin à cette relation de violence. Si vous n’êtes pas prête à agir dès maintenant, c’est votre droit et nous respectons votre choix. Mais vous pouvez vous informer sur ce que vous devez savoir ou faire si vous décidez de passer à l’action un jour. En étant renseignée, vous serez mieux en mesure de faire des choix.

Si vous êtes victime de violence, vous pouvez prendre des moyens pour vous protéger. Par exemple:

  • Parlez de votre situation à quelqu’un. Les victimes d’abus sont souvent isolées de leur famille, de leurs amis et des membres de leur collectivité, et l’agresseur encourage souvent cet isolement. Parce que les victimes ont peur ou honte, elles subissent la situation. Si vous n’avez personne à qui vous confier, que ce soit un ami, un membre du clergé ou de votre famille, appelez la Ligne téléphonique d’aide de l’Île (Island Help Line) ou adressez-vous aux Services aux victimes (Victim Services) ou aux Services de prévention de la violence familiale de l’Î.-P.-É. (PEI Family Violence Prevention Services Inc.). Ces organismes comprennent les relations de violence et sauront comment vous aider, et vous n’aurez même pas besoin de vous identifier.

  • Déterminez quelles sont vos options. Vous pourriez commencer par consulter le site de l’Association communautaire d’information juridique de l’Î.-P.-É. (Community Legal Information Association of PEI [CLIA]).

  • Obtenez un avis juridique sur votre situation. Les Services aux victimes et la CLIA peuvent vous informer sur les recours juridiques possibles.

  • Consignez les incidents de violence; tenez un journal personnel, si vous pouvez le faire en toute sécurité, car il sera utile à la police ou au tribunal si vous décidez d’entreprendre des démarches. Le fait de mettre par écrit ce que vous vivez vous aidera également à cheminer vers la guérison.

  • Si vous avez subi des blessures, consultez un médecin ou rendez-vous à l’hôpital pour vous assurer que vos blessures ne sont pas graves et qu’elles ne mettent pas votre vie en danger. Vous n’êtes pas obligé(e) de déclarer l’incident à la police. Si vous choisissez de déclarer l’incident, toutes vos blessures devront être signalées et consignées par écrit.

  • Préparez un plan de sécurité. Au fil du temps, faites une copie des documents originaux au cas où vous devriez quitter les lieux rapidement. Si vous pouvez le faire en toute sécurité, préparez une valise dans laquelle vous déposerez des articles de première nécessité et les biens auxquels vous tenez.

  • Gardez une trousse d’urgence dans un endroit sûr et facilement accessible en tout temps. Ce pourrait être chez un membre de la famille, un ami ou un avocat, ou même dans un coffret de sûreté. Cette trousse devrait contenir un deuxième trousseau de clés, des lunettes, de l’argent, des médicaments et des documents importants, notamment les suivants:

    • ordonnances de cour, procurations et tout autre document de nature juridique ayant une incidence sur votre vie;

    • permis de conduire et preuve d’immatriculation;

    • cartes santé, dossiers médicaux, carnets de vaccination et bulletins scolaires;

    • passeports, certificats de naissance, permis de travail et documents d’immigration pour tous les membres de la famille;

    • acte translatif pour une maison et carnet de paiement hypothécaire ou contrat de location/bail pour un appartement;

    • documents d’assurance;

    • chéquier, cartes bancaires, cartes de crédit, livrets bancaires, certificats d’obligation, documents concernant l’aide sociale, carte d’assurance sociale et certificat de mariage;

    • carnet d’adresses;

    • photo de l’agresseur et preuves des agressions (p. ex. photos, lettres de menace, messages enregistrés et journal personnel);

    • noms et numéros matricules des policiers qui se sont occupés de vous par le passé.

  • Composez le 911 (police) en cas d’urgence. Vous pourriez également demander aux voisins d’appeler la police s’ils voient ou entendent quelque chose de suspect.

  • Trouvez un endroit où vous pourrez vous réfugier en cas d’urgence, par exemple chez des amis ou des membres de la famille. Il doit s’agir d’un endroit où vous serez protégée et où votre agresseur ne pourra pas vous trouver.
French - back to top